© 2023 par Mak&Cha

Tana Toraja - Voyage en terres de traditions indigènes

October 30, 2017

Au cœur du sud de la Sulawesi -quatrième plus grande île d’Indonésie- , se trouve un petit village fascinant aux paysages pittoresques appelé :

Tana Toraja

 

Les croyances, coutumes et traditions de ses habitants, font de cette région une destination particulièrement appréciée par les voyageurs en quête d’immersion totale et d’enrichissement culturel.

C’est justement ce qui a suscité notre curiosité pour y faire un petit détour.  A peine quelques jours passés à Tana Toraja, et nous voila déjà totalement sous son charme.

Célébration de la mort 

 

Tout d’abord il faut savoir que les Torajas sont un groupe ethnique indigène dont la religion traditionnelle « Aluk To Dolo » (La voie des ancêtres), date de plus de 500 ans et existe encore malgré l’omni présence de l’Islam et du christianisme au sain de la même communauté.

Leur grande particularité, c’est leur façon de célébrer et de faire face à la mort !!!

 


Eh oui!  A Tana Toraja quand une personne décède, "un tambour résonne" et "un feu s'éteint" !

A partir de ce moment, un grand drapeau blanc est hissé devant la maison de défunt et les préparatifs de sa cérémonie d’enterrement peuvent commencer.

Croyant à la vie après la mort, cette cérémonie leur permettra de fêter dignement le passage à l’au-delà. Cela fait partie de leur culture depuis toujours et la tradition est perpétuée de génération en génération ; il en va de leur honneur et celui de leur famille.

D’ailleurs la grandeur de ces cérémonies reflète les  différentes castes sociales qui existent dans leur société.  Plus la cérémonie est  grande, plus la famille est noble ; mais dans les deux cas, elle coûte beaucoup d’argent ; Et puisque c’est tabou de récolter l'argent servant aux funérailles avant le décès d'une personne (Afin de ne pas souhaiter sa mort), la collecte d'argent peut s'étendre sur des mois, voir même des années.  

 

 

 

Pendant ce temps-là, tant que la cérémonie funéraire n'a pas eu lieu, le mort n’est pas enterré  car il est considérée comme "malade", to makula' en langue toraja. ! Son corp est embaumé, On le conserve  en lui injectant du formol régulièrement  et Il reste à la maison, installé dans son cercueil, ouvert, dans la plus belle pièce jusqu’à qu’on puisse lui organiser une cérémonie digne de son rang social, entre temps, les membres de la famille lui parle, le change parfois et lui  offrent breuvages et nourriture afin de garder son esprit présent.

 

 

 

 Lorsque les funérailles ont enfin lieu, l'événement se produit sur une durée de 3 à 7 jours.

Et comme dans toute cérémonie digne de ce nom; un grand espace est spécialement aménagé et décoré pour l’occasion. On y installe des maisonettes en bois massif, sur pilotis qu’on décore avec des motifs et des peintures d’animaux en Quatre couleurs : du noir, symbole de la mort, du rouge, symbole du courage ; du jaune, symbole de la bénédiction en du blanc, symbole de la pureté. Bref une organisation et un décor digne d’un festival 

 

Tout au long de la cérémonie, les rituels mortuaires donnent lieu à de nombreux sacrifices d’animaux.

Les plus importants, sont les buffles. Ces derniers peuvent couter jusqu'à 20 milles euro.

En effet, Les Toraja croient que les buffles sont les moyens de transport qui conduisent le défunt au pays des morts et qui l’aident à tenir son rang dans l'au-delà, plus il y aura de buffle sacrifiés, plus vite son ame arrivera au Puya (paradis)et plus haut elle d’élévera. C'est en fait un signe de prestige.

Le premier buffle immolé l'est toujours à l'ouest de la maison. La gorge tranchée par un violent coup de parang (sorte de machette), celui-ci va tomber et agoniser en quelques secondes.

 

 

De nombreux porcs et chèvres et coqs sont également sacrifiés, servant de nourriture pour les centaines d'invités présents. Plus la cérémonie est grande, plus on sacrifie des animaux.   Ces derniers sont généralement des offrandes des voisins et des amis de la famille. Tabac, sucre et alcool sont aussi de mise. D’ailleurs, toutes les offrondes sont consignés dans un registre afin que la réciproque soit rendue au donateur.

 Mais le plus impressionnant, c’est que l’état indonésien perçoit une taxe sur ces offrandes.  Et c’est généralement un représentant gouvernemental qui assiste à la cérémonie pour faire en sorte pour que cet argent arrive jusqu’aux caisses de l’état.

En ce qui nous concerne, notre guide nous a demandé d’apporter une cartouche de cigarettes! C’est apparemment ce que les visiteurs sont censé offrir ! 

 

 

La cérémonie à laquelle nous avons assistées était grandiose. La femme, morte il y a 6 mois était issue  d’une famille très respectable. Nous avons assisté à la première journée uniquement, cela dis, c’est la journée ou il y a plus de spectacle. Entre tour d’honneur du cadavre dans le village, sacrifice d’animaux, chants, danses traditionnelles, sermon du prêtre, combat de coq, repas délicieux .. la journée fut vraiment mouvementée !

A la fin de la cérémonie (le dernier jour) , le defunt -,. Enveloppée dans un linceul rouge et or-  est escorté par un cortège funèbre dans son lieu de sépulture : grotte troglodyte – une cave creusée dans une grande roche ou les cerceuilles et les ossements des ses encetres sont déjà entremis. En effet , chaque roche représente une famille devant laquelle on voit des cadres avec les photos des défunt ou bien –pour les plus riches- des statues à leurs effigie appelées Tau Tau.

Et pour mériter une roche en plein milieux du cimetière il faut sacrifier 25 Buffalos! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croyant que les bébés doivent continuer de grandir après la mort, les nourrissant qui n’ont pas encore de dents, sont placés au repos dans des troue creusés dans les plus gros arbres de la foret. Le bébé grandira ainsi avec sa nouvelle mère (l’arbre) et une fois assez haut, le vent transportera son âmes vers le paradis. Mais attention, les bébés ne devaient pas faire face au nord si la maison des parents se trouvait elle aussi au nord, afin d'être certain que le bébé oublis ces parents et puisse grandir avec l'arbre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Explorer la région en scooter

 

Assister à une cérémonie funéraire, visiter des villages traditionnels et des étranges sites funéraires Toraja bien sûr, mais il n y a pas que ça à Tana Toraja !

 On y trouve également une nature montagnarde préservée, plein de petits sentiers serpentant entre les magnifiques rizières séculaires qui se pressent le long des contreforts étagés.

D’ailleurs à tana toraja , comme pour presque la Sulawesi , le scooter est le meilleur moyen pour explorer la région !

On peut en louer un de la part de Guest house ou bien dans une agence de location au centre de Rantepao. (Rp50.000/jour)

Par contre, puisque nous n’avions pas beaucoup de temps, nous avons préféré être accompagnés par un guide local très sympathique pour explorer la région.   

 

Et voila une petite liste des endroits que nous avons visité, aimé, et approuvé :

 

Les tongkonan

C'est le nom qu'on donne aux maisons traditionnelles. On en voit un peu partout à Tana toraja.

Cette maison typique est facilement reconnaissable grâce à son toit en forme incurvée. 

Cela représente les cornes d'un buffle (l'animal sacré des toraja) . De nombreuses cornes de buffles sont d’ailleurs empilées sur les façades des maisons et l’on retrouve cet animal, ainsi que le coq, représenté sur les sculptures du bois des tongkonans.

 

 

Lemo stone grave

Un petit hameau au milieu de collines où on peut traverser des rizières et admirer des maisons traditionnelles servant de grenier à riz pour arriver à une falaise où sont nichées des petites statues derrières lesquelles reposent des caveaux de familles nobles

Kalimbuang bori 

Un très beau site funéraire verdoyant, sur lequel il y a de nombreux mégalithes représentant chaqu’un un défunt ayant sacrifié 25 buffalos !

 

Ketu kesi 

une cave en plein milieux de la jungle qui represente un des plus vieux sites funéraire de toraja (plus que 600 ans) d’ailleurs on peut y voir des centaines de squelettes et des cranes entassés les uns sur les autres 

Baby grave kambira 

De  gros arbres creusés à différent endroits contenant des tombes de nourrissons (0 à 6mois).

 

Il faut compter 20.000 à 30.000 pour l’accès a chaqu’un de ces sites (2 – 3 euros) et  Suivant vos dates de séjour vous pourrez aussi assister à la vente des buffles au marché de Bolu, tous les jeudis et les samedis .

Logement 

Un grand choix est disponible sur booking & airbnb, en ce qui nous concerne, nous avons opté pour un -chez l'habitant- trouvé sur airbnb, à environs 13$ / nuit  .

Bien que les chambres soient étroites et que les toilettes ne sont pas vraiment confortable (nous ne sommes pas venu pour ca) , le séjours fut vraiment agréable. Mayske et sa petite famille sont d'une gentillesse mémorable! 

 donc on recommande !

Cliquez ici pour lien airbnb

 

 Guide 

Comme mentionné un peu en dessus, il est préférable d'avoir un guide à tana toraja que ce soit pour la découverte de la région, mais aussi pour réussir à trouver et à se faire invité pendant une cérémonie funéraire! 

voila donc : Ino :D un guide sympathique, très passion et prêt à vous emmener partout ! il suffit de le demander ! 

voila son compte facebook

ou bien son numéro (whatsapp) : +6285298361065

Il peut aussi vous emmener pour des randonnés, des découvertes .. (cela dépends de votre durée de séjour à tana!) 

 

Se rendre à Tana Toraja 

 

L'accès à Tana Toraja se fait à partir de MAKASSAR , la capitale de la sulawesi du sud mais aussi la 4ème plus grande ville en Indonésie. 

Il y a deux moyens pour se rendre à Makassar 

-Prendre un vols à partir de n'importe quel autre aéroport 

-Prendre un bateau (le pelni) si vous êtes sur une autre grande ville de l’Indonésie 

 

Une fois à Makassar, il suffit de prendre un bus vers Tana Toraja, plusieurs compagnies desservent ce circuit du coup il y a deux horaires de départ chaque jour. Le trajet dure 9h mais le bus est de loin le plus confortable qu'on ait jamais pris.

Pour ne pas perdre une journée entière en transport, on vous conseille de prendre le bus de nuit ! 

Certes , il est possible de louer une voiture, mais bien évidement ca sera plus cher et moins confortable! 

 

 

   le trajet coûte Rp200.000 (17$ environs) et voila les horaires  :

 vous pouvez réserver votre ticket de bus dès l'arrivé à l'aéroport, une hôtesse d'accueil vous proposera de le faire à peine sortie du gate. Elle vous conseillera aussi sur les endroits à déjeuné sur Makassar si vous prenez le bus le même jour  

On espère que cet article vous a été utile ! 

En attendant n'hésitez pas à partager vos impressions avec nous :) 

 

 

 

 

Share on Facebook
Please reload

10 jours aux Philippines: itinéraire, conseils et bons plans

Tout savoir sur le Golden Eagle festival en Mongolie

10 conseils pour profiter pleinement d'une journée à Disney

A la rencontre des éleveurs de rennes en Mongolie

1/6
Please reload

Quelques autres articles en rapport ...